Tambacounda

Accueil / Réalisations / Tambacounda

Tambacounda vient du nom d’une famille Diola (la famille Tamba). Historiquement elle faisait partie des empires du Mali, de l’empire du Songhaï et Gabou. Ces deux derniers regroupaient la Gambie, la Casamance, dont Tambacounda fait elle-même partie. C'est après les indépendances que par décret présidentielle, dans le souci de diviser la Casamance, que le nom de Sénégal Oriental est né. Par son histoire, Tambacounda est appelée la Haute Casamance.

Après la transformation du département de Kédougou en région à part entière en 2008, la région est moins étendue.

Le ressort territorial actuel, ainsi que le chef-lieu des régions, départements et arrondissements sont ceux fixés par un décret du 10 septembre 2008 qui abroge toutes les dispositions antérieures contraires.

 

Source : Wikipedia

Le volet désenclavement occupe la part la plus importante dans cette intervention et représente 60,5% soit un budget prévisionnel de 23,2 milliards. Il est prévu 421,1 km linéaires de pistes. Dans le domaine du transport terrestre pour un montant de 20,6 milliards. En dehors de cette intervention physique, il est prévu une couverture téléphonique et numérique pour une valeur de 911 millions en plus de du désenclavement maritime et fluvial estimé à hauteur de 1,6 milliards.

Dans le cadre du développement durable, plusieurs domaines sont concernés parmi lesquels :

  • La santé : Le Puma prévoit de renforcer la carte sanitaire avec la construction des infrastructures de proximité, la réhabilitation des postes de santé en état de délabrement mais également l’octroi d’équipements médicaux et des logistiques pour un accès rapide aux services sanitaires. La santé animale avec la construction des parcs de vaccination et des postes de santé vétérinaires sont également prévus. Pour un budget de 4,9 milliards pour ce domaine avec 27 infrastructures prévues
  • L’éducation étant un des piliers d’un développement, il est prévu 226 équipements et infrastructures allant de la construction de nouvelles structures scolaires au remplacement des abris provisoires en passant par la réhabilitation d’anciennes écoles pour un budget prévisionnel de 2,4 milliards.
  • La promotion économique : le Puma a un vaste programme destiné aux populations de Tambacounda dans le but d’assurer un essor économique soutenu avec les activités génératrices de revenus (agriculture, pisciculture, élevage, maraichage…), l’allégement des travaux des femmes, la dotation d’équipements agricoles et post-récoltes pour une mécanisation de l’agriculture avec un budget de 4,3 milliards.
  • L’électrification entre également dans le cadre du programme avec comme principal objectif de doter les populations qui résident dans les coins les plus reculés de Tambacounda un éclairage et un confort pour un budget prévisionnel de 1,2 milliards.
  • Plusieurs autres domaines sont également inscrits dans ce Programme notamment : l’hydraulique avec 400 millions de budget, l’environnement (20 millions) et l’assainissement (40 millions) pour améliorer le cadre de vie des populations.

Pour le volet sécuritaire, le Puma, avec un budget prévisionnel de 1,4 milliards prévoit de construire des postes de police, douane, gendarmerie et sapeurs-pompiers pour assurer une sécurité terrestre et fluviomaritime.

  • Construction en cours d’un poste frontalier mixte avec logement des agents à Dyabougou (commune de Sadatou);
  • Construction et équipement d’un poste de santé à Sara Ely (Commune de Makacoulibantang) avec logement ICP et logement sage-femme;
  • Construction et équipement en cours  d’une case de santé accompagnée de logements de sages-femmes dans la commune de Médina Foulbé
  • Dotation de combinés moulins-décortiqueuses dans les communes de Median Foulbé, Kéniéba, Kahéne et Nétéboulou;
  • Dotation de deux (2) ambulances médicalisées à la commune de Kahéne et de Makacoulibantang;
  • Dotation de pirogue motorisée pour le désenclavement fluvial de Bakel;
  • Etudes de faisabilité et environnementale (en cours) pour le projet de mise en place d’une plateforme économique à Kidira;
  • Etudes géophysiques sur deux sites pour adduction d’eau dans les communes de Neteboulou et Médina Foulbé
  • Etudes techniques, environnementales et sociales des pistes réalisées sur 89,09 Km pour le désenclavement prévu des communes de Niani Toucouleur, Makacoulibantang, Nétéboulou, Missirah, Ballou, Sinthiou fissa et Belé;
  • Formation de 35 jeunes et femmes de la commune de Makacoulibantang dans les domaines de la maintenance informatique, réseau et de la teinture en partenariat avec ISFOS;
  • Installation des cages flottantes (mise en place des comités et formation) à Bakel,
  • Renforcement en équipements du Poste de Gendarmerie de Dyabougou, du Secteur frontalier de Tambacounda et de la Préfecture de Bakel;