Matam

La Région de Matam est l'une des 14 régions administratives du Sénégal.
Elle est située au nord-est du pays et est bordée par la région de Saint-Louis au Nord, la région de Louga à l'Ouest, , la région de Kaffrine au sud-Ouest et la région de Tambacounda au Sud. A l'Est, elle est frontalière avec la Mauritanie.

Le chef-lieu régional est la ville de Matam.

Le Conseil régional est actuellement présidé par Abdoulaye Dramé qui succède à Adama Sall et à Sada Ndiaye.

Créée le 15 février 2002, cette région est l'une des plus récentes au Sénégal.

Elle fait l'objet de plusieurs projets de « désenclavement », par voie d'eau, train ou route avec la « finition de la route Linguère-Matam, la réhabilitation de celle de Saint-Louis-Bakel, ainsi que les trois ponts de Ourossogui-Matam ». Il s'agit notamment de pouvoir mieux valoriser le gisement de phosphates de Ndendory (à Matam), à environ 750 km de Dakar et les produits de l'usine de granulation de phosphates qui l'exploite3 (« 9 km2, le gisement est estimé à 40,5 millions de tonnes, délimité par Ndendory, Hamady Hounaré, Wendou Bossayabé, Waly Diala et Polel Walabé ») avec la Société d'études et de réalisation des phosphates de Matam (SERPM).

Les régions de Saint-Louis, de Louga, de Matam, de Tambacounda et de Kaffrine ont créé une « Entente interrégionale » pour une gestion concertée de la « zone sylvopastorale » par « la formulation et la mise en œuvre d’un programme intégré de développement durable », intégrant une gestion restauratoire des écosystèmes.

 

Source : Wikipedia

Dans le cadre de l’axe désenclavement, le Puma prévoit 352,9 km de pistes et 32,8 km de routes pour le désenclavement physique d’un montant de 14,4 milliards soit 44% du budget alloué à Matam dans le cadre du Puma. Pour la connectivité numérique il est prévu une couverture téléphonique et numérique pour un budget de 638 millions en dehors des 1,5 milliards réservés à la desserte maritime et fluviale. Le tout pour un montant de 16,6 milliards.

Avec un budget prévisionnel de 13,4 milliards le développement durable prend en compte plusieurs aspects entre autres :

  • L’économie : sa promotion et son essor restent les principaux objectifs de ce Programme à Matam. Avec 1 milliards, le Puma prévoit d’accompagner le volet agricole par la dotation d’engins pour les récoltes et des moulins pour la transformation de ces produits agricoles.
  • Avec 2,2 milliards, il est prévu la construction de nouveaux postes de santé et la réhabilitation des structures sanitaires en état de délabrement et l’octroi d’ambulances médicalisées dans le but d’améliorer la carte sanitaire et de favoriser un accès rapide aux soins de santé
  • Le domaine de l’éducation sera axé sur la construction de nouveaux établissements publics, et le remplacement des abris provisoires et l’équipement nécessaire à un meilleur cadre scolaire pour une somme de 2,2 milliards pour 126 structures scolaires.
  • L’électrification est un des secteurs aussi non négligeables ; l’éclairage public et l’extension du réseau électrique sont également prévus.
  • Pour la jeunesse, des foyers de jeunes et des aires de jeux seront construits pour permettre à cette frange de mener à bien ses activités sportives et culturelles.
  • La dotation de 700 équipements post-récoltes est prévu ainsi que des activités génératrices de revenus tels que le maraichage, l’élevage, le commerce, la pisciculture.
  • Pour l’environnement, le Programme la lutte contre l’appauvrissement des sols, l’érosion fluviale et la dégradation de l’environnement pour améliorer le secteur agricole et assurer le développement durable des ressources naturelles.
  • L’hydraulique et l’assainissement permettront respectivement un accès à une eau potable et une amélioration du cadre de vie pour un montant global de 327 millions.

La composante sécurité frontalière sera axée sur la sécurité terrestre pour 2,2 milliards avec la construction des postes frontaliers mobiles et des postes de contrôle en plus du renforcement en personnel pour assurer la sécurité fluviale et maritime le long du fleuve sénégal.

  • Construction de forage pour l’hôpital de Ourossogui avec borne fontaine;
  • Construction et équipement de deux postes de santé avec logements ICP et sages-femmes à Tigueré (Commune de Nabadi Civol) et Gourel Oumar Ly (Commune de Dabia);
  • Dotation de 7 ambulances médicalisées aux postes de santé de Soringho (Ouro Sidy), Diamel (Diamel), Sadel (Bokidiawé), Waoundé (Waoundé), Nabadji Civol, Tiguéré (Nabadji Civol), et Gourel Oumar Ly (Dabia) ;
  • Dotation de décortiqueuses de riz de paddy et de combines moulins multifonctionnels dans les communes de Dabia, Matam, Agnam, Bokiladjié et Orkadieré;
  • Etudes techniques, environnementales et sociales réalisées sur 150 Km de pistes pour le désenclavement prévu des communes de Matam, Ogo, Ouro Sidy, Aouré, Semmé, Dabia, Thilogne, Orkadieré, Oréfondé, et Bokidiaw);
  • Extension du réseau d’adduction d’eau de 5,4 Km dans la commune de Matam (Nawel et Gourel Deffa);
  • Réalisation en cours d'un poste de contrôle mixte (police + douane) à Koundel (Commune de Nabadji Civol) ;
  • Renforcement de la capacité d’accueil des établissements scolaires de Sadel (Commune de Bokidiawé);
  • Renforcement en équipements du Commissariat spécial et de la Gouvernance de Matam;